EN  |  A propos | Presse |  ✉ Newsletter

Missions humanitaires et volontariat Chili

Faire du volontariat dans le pays des extrêmes : le Chili s’étend sur environ 4 300 km de longueur, mais sa largeur n’atteint que 440 km au maximum. C’est pour cela que partir en voyage humanitaire au Chili vous permet de voir aussi bien des glaciers que des volcans, les Andes, des îles et même des déserts ! Le pays le plus long du monde offre de nombreuses possibilités de bénévolat : des missions humanitaires, en passant par des projets d’enseignement, jusqu’à l’écovolontariat et l’engagement pour les animaux. En raison de sa situation géographique, le Chili est le point de départ (ou d’arrivée) parfait pour faire le tour de l’Amérique du Sud. De plus, le risque sécuritaire au Chili est peu élevé comparé à d’autres pays, comme le confirme une récente étude. Partir en mission de bénévolat au Chili, c‘est aussi une bonne opportunité d’améliorer son espagnol !

3 bonnes raisons de s’engager dans un projet de volontariat au Chili

  • Bénévolat dans le pays des extrêmes
  • Le Chili est l’un des pays les plus sûrs de l’Amérique du Sud
  • Améliorer son espagnol au quotidien

Faire un voyage solidaire dans le pays des extrêmes

Le Chili possède une incroyable étendue nord-sud d’environ 4 300 km, sa largeur par contre n’est que de 440 km au maximum. Les volontaires trouvent par conséquent des paysages très variés au Chili : Andes chiliennes, volcans, glaciers, paysage unique de fjords et d’îles sur les côtes du Chili et désert d’Atacama y sont présents. La plupart des missions humanitaires et des projets de soins aux animaux se situent dans sa capitale très animée, Santiago du Chili, mais il est également possible de s’engager dans une mission de volontariat dans des régions rurales. Un voyage à travers ce pays extrêmement diversifié vaut vraiment le détour, d’autant que le Chili, qui se situe tout au sud du continent, est le parfait point de départ ou d’arrivée pour faire le tour de l’Amérique du Sud.

Mission de bénévolat dans l’un des pays les plus sûrs de l’Amérique du Sud

Dans une récente étude, Control Risks, société internationale de conseil en matière de gestion des risques, a doté le Chili du niveau de risque sécuritaire « low », tout comme la France, ce qui en fait l’un des pays les plus sûrs d’Amérique du Sud pour un voyage humanitaire. Bien sûr, il faut aussi faire preuve de bon sens, mais le taux de criminalité au Chili est bien plus bas que dans d’autres Etats d‘Amérique du Sud. Alors si vous souhaitez participer à un projet de soins aux animaux ou faire une mission humanitaire au Chili, mais que vos parents se font du souci pour vous, vous n’avez qu’à leur envoyer le lien de cette étude en leur faisant remarquer que le Chili n’est pas un pays plus dangereux que la France.

Améliorer son espagnol au quotidien

S’engager dans une mission de bénévolat au Chili est particulièrement intéressant pour ceux qui veulent consolider leurs connaissances ou simplement apprendre l’espagnol. Vous verrez qu’après quelques semaines vous comprendrez déjà bien plus de choses et qu’il vous sera de plus en plus facile de vous exprimer en espagnol. Parler une langue étrangère tous les jours est en effet le meilleur moyen de l’apprendre ! C’est aussi valable pour les volontaires qui n’ont jamais parlé espagnol avant leur séjour ou qui n’ont que des connaissances de base. La plupart des organisations d’accueil proposent des cours de langue pour les bénévoles au début du projet, afin de les aider à échanger avec leurs collègues et les locaux lors du projet de volontariat.

Antisèche du volontaire : Chili

Situation géographique :

Amérique du Sud. Ses voisins sont le Pérou, la Bolivie et l’Argentine.

Capitale :

Santiago du Chili

Langues nationales :

La langue officielle est l’espagnol, mais on retrouve également quelques langues amérindiennes.

Le saviez-vous ?

En 1962, le Chili était le pays organisateur de la coupe du monde de football. Comme il n’y avait pas encore de télévisions dans le pays, les enregistrements télé des matchs devaient être transportés par avion en Europe, où ils étaient visionnés avec deux jours de retard.