EN  |  A propos | Presse | Contact |  ✉ Newsletter

Chantier international : participer à un chantier solidaire en Afrique, Asie, Amérique du Sud…

Chantier international solidaireUn chantier international, souvent appelé aussi chantier jeune, réunit des volontaires du monde entier autour d’un projet solidaire. Construire une école, participer à des fouilles archéologiques, donner des cours de langues à des enfants ou encore planter des arbres, les domaines d’action des différents chantiers sont variés. Il existe de tels programmes pour les personnes de tous âges : adolescents, jeunes, adultes ou retraités. Sur guidisto-volontariat.fr, vous trouverez des offres de chantiers internationaux pour 2019, 2020 ou plus tard, et ce partout dans le monde : Afrique, Asie, Amérique du Sud mais aussi Océanie ou Europe.

Table des matières

5 bonnes raisons de participer à un chantier international :

  • Donner de son temps et de son énergie pour mener à bien un projet solidaire
  • S’engager quel que soit son âge (des projets existent pour tous les profils de bénévoles)
  • Tisser des liens avec des volontaires venus du monde entier
  • Pratiquer son anglais
  • Bénéficier d’un encadrement plus important que pour une mission de volontariat individuelle

Où s’engager : quelques exemples de chantiers internationaux

Pour trouver le chantier solidaire qui vous correspond, nous vous proposons ci-dessous une sélection de six projets, mais vous pouvez aussi parcourir la liste des missions répertoriées sur notre portail.

Chantier jeune bénévole pour les 15 – 18 ans au Sénégal

Participez à un chantier international en Afrique francophone au sein d’un groupe de jeunes du monde entier âgés de 15 à 18 ans. Les volontaires sont impliqués dans différentes tâches au sein d’écoles et de centres d’accueil : organisation d’activités pour les enfants, décoration et rénovation de bâtiments, etc. Vous serez logé dans une famille d’accueil locale pour permettre une véritable immersion culturelle, et encadré dans l’ensemble de vos activités. En savoir plus sur ce projet.

Suivi des cétacés sur un voilier en Méditerranée

À bord d’un voilier, les écovolontaires sont chargés d’assurer le suivi des cétacés, des tortues et de la mégafaune du sanctuaire Pélagos, en mer Méditerranée. Dans des groupes de 7 personnes et accompagnés d’un écoguide, les participants effectuent des observations comportementales et des comptages. L’expédition est ouverte aux personnes de tous âges à partir de 16 ans et plusieurs dates sont prévues entre juin et septembre. Voir le descriptif de cette mission.

Chantier international en Amérique du Sud (Pérou, Équateur et Galápagos)

Ce chantier international ouvert aux participants de 16 ans et plus s’étend sur une durée totale de 4 à 8 semaines et vous permet d’explorer les plus beaux endroits d’Amérique du Sud comme le Machu Picchu ou l’archipel des Galápagos. Au cours de votre expédition, vous serez amené à prêter main forte à différents projets sociaux ou avec des animaux. La mission est précédée par une semaine de cours d’espagnol, adaptés à votre niveau. Se renseigner sur ce programme.

Chantier solidaire dans une communauté rurale en Thaïlande

Dans un petit groupe de volontaires âgés de 17 à 25 ans, engagez-vous pendant 5 semaines au sein d’une communauté rurale du nord de la Thaïlande. Les volontaires sont notamment placés dans les écoles aux alentours, afin d’aider les enfants à améliorer leur anglais. Vous aurez également l’occasion de visiter les environs et de rencontrer la population locale, afin d’en apprendre plus sur les coutumes et le quotidien des Thaïlandais. Aller sur la page du projet.

Chantier jeune de santé et médecine en Mongolie pour les 15 – 18 ans

Ce projet est destiné aux jeunes souhaitant tester leur projet professionnel dans le domaine de la médecine. Les participants effectuent un stage d’observation dans un établissement de santé de la capitale mongole Oulan-Bator. Sous la supervision de professionnels, les stagiaires ont l’opportunité unique d’avoir un aperçu du quotidien des professionnels de santé, tout en profitant des activités organisées pour eux pendant leur temps libre. Voir la description du projet.

Chantier volontaire dans un parc national aux États-Unis

Le projet idéal pour les volontaires qui aiment la nature et qui souhaitent améliorer leur anglais ! Pendant deux mois et au sein d’un groupe de bénévoles venus du monde entier, vous effectuez des travaux visant à protéger les paysages exceptionnels du parc national des Great Smoky Mountains, en Caroline du Nord : construction de murs ou de clôtures, maintenance des chemins, enlèvement d’espèces invasives, etc. Aller sur la description du projet.

Définition : qu’entend-on par chantier international ?

On entend souvent parler de chantier jeune, chantier international, chantier solidaire, chantier humanitaire, ou encore chantier bénévole. Tous ces termes font en fait référence à un même type de programme : une mission de volontariat qui rassemble généralement des bénévoles du monde entier autour d’un projet solidaire.

Chantier jeune bénévoleLe chantier a souvent un but précis, comme la reconstruction d’un bâtiment ou la plantation d’un certain nombre d’arbres. La plupart du temps, le groupe ne va pas être amené à se déplacer significativement, et le travail est concentré en un même lieu. Cela n’est cependant pas toujours vrai, puisqu’il existe des chantiers internationaux pensés comme des sortes d’expéditions, où les participants sont amenés à travailler dans des contextes, lieux et projets variés.

Autre particularité des chantiers solidaires : vous ne pouvez généralement pas choisir le moment de votre arrivée et départ, car les dates de début et de fin sont fixées en avance, et sont les mêmes pour tous les participants.

La durée d’un chantier international peut varier largement selon les projets, mais elle tourne en général autour de 2 semaines à 1 mois.

Sur guidisto-volontariat.fr, nous faisons la distinction entre les chantiers internationaux et les missions de volontariat individuelles, qui sont des projets où les volontaires ont plus d’autonomie et de flexibilité : ils ne sont pas placés dans un groupe fixe, et peuvent décider la durée et les dates de leur mission.

Vous trouverez cette information (placement en groupe ou individuel) dans la fiche technique de la mission, en dessous de la description du projet. S’il est indiqué que le placement est en groupe, cela signifie qu’il s’agit d’une sorte de chantier.

Quel âge : à qui s’adressent les chantiers jeunes ?

Précision importante : on parle souvent de chantier jeune ou chantier jeunesse, mais cela ne signifie pas forcément que ces projets sont réservés aux jeunes. Cette terminologie s’explique plutôt par l’histoire de ces programmes, qui étaient au départ organisés par des structures spécifiquement dédiées à la jeunesse, et qui recevaient des subventions pour les projets destinés aux jeunes.

Pour la question de l’âge, on peut généralement distinguer deux types de chantiers :

  • ceux qui indiquent une tranche d’âge spécifique (par exemple 15 à 19 ans ou 18 à 25 ans),
  • ceux qui acceptent les participants d’âges variés.

Même dans le premier cas, sachez que la tranche d’âge n’est généralement qu’indicative, et donne simplement une idée de l’âge des autres participants plutôt que d’imposer une limite d’âge. La plupart du temps, les bénévoles plus âgés sont quand même acceptés. La question est plutôt de savoir si, par exemple en ayant 20 ans, vous vous sentiriez à l’aise au sein d’un groupe d’adolescents de 15 ou 16 ans, ou si en ayant la quarantaine, l’idée de côtoyer majoritairement des jeunes de 18 à 25 ans vous pose un problème.

La limite d’âge minimum a toutefois son importance, et les participants trop jeunes peuvent être refusés, souvent pour des raisons d’assurance.

De plus, il existe maintenant une demande émanant des adultes (actifs ou retraités) souhaitant participer à de tels chantiers. On trouve désormais des programmes pour les seniors ou les 50 ans et plus, mais là encore, la limite d’âge ne devrait pas être perçue comme une contrainte, et les plus jeunes ont souvent la possibilité d’y prendre part. L’idée de ce type de chantier pour adulte est surtout d’informer les participants que les membres du groupe appartiendront à une tranche d’âge plus ou moins homogène. Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter notre article dédié aux chantiers bénévoles à destination des adultes.

Pour quoi faire : quelles tâches confie-t-on aux bénévoles ?

Auparavant, les chantiers volontaires se limitaient souvent au domaine de la construction ou de l’archéologie.

De nos jours, le domaine d’action de ces programmes peut être très varié :

  • environnement : planter des arbres, faire des observations de faune…
  • social : organiser des activités pour les enfants, soutenir le personnel d’une ONG…
  • enseignement : donner des cours d’anglais ou d’autres matières dans des écoles, collèges…
  • construction : rénover un bâtiment, construire un équipement…
  • santé : assister le personnel médical, s’occuper des patients…
  • culture et archéologie : participer à des fouilles, soutenir l’artisanat local…
  • etc.

Certains projets sont plutôt pensés comme des sortes de stages d’observation organisés pour des groupes. Il existe notamment des chantiers internationaux dans le domaine médical, qui proposent aux jeunes de découvrir le domaine de la santé. Ces programmes sont par exemple très utiles pour ceux qui souhaitent confirmer un projet de carrière ou d’études. Le côté « volontariat » ou « travail pratique » aura alors moins d’importance, puisque ces chantiers / stages se concentrent sur l’aspect observation et apprentissage.

Quand : à quelle période est-il possible de s’engager ?

Comme nous l’avons précisé précédemment, les chantiers internationaux imposent des dates de début et de fin fixes.

Vous ne pouvez donc pas vous engager n’importe quand, mais sachez que de tels projets sont organisés tout au long de l’année, en 2019, 2020 ou plus tard, et pas seulement pendant l’été (juin, juillet, août).

Pour ce qui est de la durée de votre engagement, notre conseil est toujours le même : engagez-vous pour la durée la plus longue possible. Écologiquement parlant, on peut en effet se demander s’il est pertinent de s’envoler à l’autre bout du monde pour planter des arbres pour une semaine seulement.

Dans le cas des chantiers internationaux où vous n’avez pas le choix des dates, vous pouvez vous tourner vers les programmes d’au moins un mois (2 semaines étant selon nous le grand minimum), ou profiter de votre séjour à l’étranger pour faire plusieurs projets, par exemple un chantier suivi d’une mission de volontariat individuelle, ou du tourisme, pour faire tourner l’économie locale.

Pour qui : quelles sont les qualifications requises ?

  • Ai-je besoin d’avoir des qualifications particulières ?

Les organismes de volontariat n’exigent généralement pas de compétences particulières pour pouvoir participer à un chantier humanitaire. La motivation et la curiosité peuvent donc suffire, d’autant que les groupes sont souvent supervisés par une ou plusieurs personnes, qui sont notamment là pour expliquer aux bénévoles leur rôle et les tâches qui leur seront attribuées.

Si un chantier solidaire en particulier vous intéresse, nous vous conseillons de contacter l’organisme de volontariat qui en est à l’origine le plus tôt possible, afin de savoir si votre profil correspond aux demandes du projet.

  • Quelle sera ma langue de travail ?

Comme leur nom l’indique, les chantiers internationaux rassemblent des volontaires du monde entier, et la langue de communication et de travail reste généralement l’anglais.

On ne vous demandera souvent pas d’être bilingue, mais il faut que vous soyez en mesure de comprendre ce que l’on vous dit et de pouvoir communiquer vous aussi. Selon les projets, un niveau scolaire peut donc suffire.

Avantages et inconvénients des chantiers solidaires

Choisir de faire un chantier solidaire plutôt qu’une mission de volontariat individuelle présente des avantages, mais aussi des inconvénients.

Des programmes sécurisants et qui favorisent les rencontres…

En participant à un chantier bénévole international, vous allez rencontrer des volontaires du monde entier, avec qui vous allez partager votre quotidien pendant quelques semaines. Ce type de projet est donc idéal pour ceux qui aiment faire des rencontres, et les liens qui se tissent pendant cette expérience peuvent devenir durables, transcendant les frontières et les kilomètres.

Du côté des avantages, on peut également citer un encadrement des volontaires accru lors d’un chantier solidaire international. Ainsi, les bénévoles ne sont jamais livrés à eux-mêmes, puisque tout est fait avec le groupe : le travail la journée, mais aussi l’hébergement et les repas. De plus, une ou plusieurs personnes, souvent des salariés de l’organisation de volontariat, sont affectées à la supervision du groupe. Ces référents sont notamment là pour la gestion pratique de la vie quotidienne, et pour la résolution des éventuels problèmes, même mineurs, qui pourraient subvenir au cours du programme. Il s’agit là d’un aspect positif non négligeable, notamment pour les parents inquiets de voir leur adolescent partir à l’étranger, ou même pour les volontaires manquant de confiance en eux.

Une précision néanmoins sur les missions de volontariat individuelles : moins d’encadrement ne signifie pas un manque de supervision pour autant. S’il est vrai que les volontaires individuels ont plus d’autonomie, ils restent quand même encadrés, d’une part par le personnel du projet local, mais aussi par les éventuels salariés sur place de l’organisme de volontariat qui les envoie. De plus, les organismes de volontariat concentrent souvent plusieurs projets en un même lieu, et les participants peuvent donc également côtoyer d’autres bénévoles. Pour plus d’informations sur la question de l’encadrement des jeunes volontaires nous vous référons à notre article sur le volontariat pour les mineurs.

… mais une expérience qui force à rester dans l’entre-soi

Le principal inconvénient des chantiers jeunes en comparaison d’une mission de volontariat individuelle réside dans le fait que comme tout est fait au sein d’un groupe, les bénévoles ont tendance à rester dans le confort de la communauté des volontaires. Or, chez Guidisto, nous sommes convaincus que la principale utilité d’une mission de volontariat réside dans sa capacité à développer la citoyenneté mondiale des volontaires. Selon nous, votre véritable impact commence à votre retour, puisqu’en ayant été témoin des problèmes qui existent à l’étranger, vous êtes à même d’entamer une démarche militante chez vous et sur le long terme.

Cependant, il est peu probable que le déclic se fasse si le volontaire passe l’entièreté de sa mission à ne côtoyer que d’autres Occidentaux, souvent issus de milieux privilégiés, et sans sortir de sa zone de confort. Certes, les bénévoles repartent avec des amis en Australie ou aux États-Unis, mais qu’est-ce que cette expérience leur aura vraiment appris sur leur pays d’action ? Quels échanges auront-ils eu avec la population locale, et qu’auront-ils compris de leur vie quotidienne ? Dans un tel contexte, le risque de développer le complexe du « sauveur blanc » est alors accru, surtout pour les missions qui se déroulent dans un pays en développement, par exemple en Afrique ou en Asie.

Sur ce point, les missions de volontariat individuelles sont selon nous préférables, notamment car les volontaires sont souvent logés en famille d’accueil, et parce qu’ils ont plus de temps libre pour explorer leur pays d’action et tisser des liens avec les locaux.

Attention au complexe du « sauveur blanc »
On désigne par le terme de « sauveur blanc » l’attitude néocolonialiste de certains volontaires occidentaux qui pensent pouvoir régler les problèmes des populations des pays en développement, sans véritablement chercher à comprendre la complexité de la situation. Le risque de développer une telle attitude est plus élevé lorsque les volontaires restent entre Occidentaux, comme c’est souvent le cas pour les chantiers bénévoles.
Notre conseil pour éviter cela : choisissez un projet qui favorise au maximum les échanges avec les locaux, ou optez pour une mission de volontariat individuelle.

Il arrive que certaines personnes ne souhaitent pas se retrouver seules sur place, mais n’arrivent pas à convaincre un proche de partir avec elles. Dans ce cas, beaucoup choisissent les chantiers internationaux, puisque les participants sont assurés d’être entourés d’autres volontaires. Cependant, il est important de garder en tête que, même dans le cas d’une mission de volontariat individuelle, il y a peu de chances que vous vous retrouviez seul.

De plus, opter pour un programme individuel vous permet de pouvoir choisir la durée ainsi que les dates de votre mission. Même si vous êtes timide ou manquez d’assurance, nous vous conseillons de ne pas éliminer les missions de volontariat individuelles de vos options, et de contacter plutôt l’organisation de volontariat pour leur faire part de vos préoccupations.

Demandez-vous si le fait de rester au sein d’un groupe est vraiment indispensable pour vous, et si vous avez réellement besoin d’un encadrement aussi important. Si la réponse est oui, alors le chantier solidaire est certainement l’option qui vous correspond, mais nous vous conseillons quand même de prendre le temps de choisir un projet qui implique la population locale.

Pour vous aider dans votre recherche d’une mission qui vous correspond, vous pouvez télécharger gratuitement notre Guide du volontariat à l’étranger, qui inclut une check-list de critères pour juger du sérieux et de l’éthique d’un projet.