EN  |  A propos | Presse |  ✉ Newsletter

Faire une mission humanitaire dès 16, 17, 18 ans : chantier jeunes et volontariat à l’étranger

Faire une mission humanitaire à 16 ans ou 17 ans, est-ce que c’est possible ? Nombreux sont les jeunes et adolescents qui posent cette question à leurs parents, par exemple quand ils souhaitent s’engager comme volontaires pendant leurs vacances d’été ou après leur bac. Ici, nous vous expliquons dans quelles conditions il est possible pour des personnes âgées de moins de 18 ans de faire du volontariat à l’étranger, ainsi que où chercher. Et on commence par la bonne nouvelle : pour vous engager dans un projet de volontariat, vous n’avez ni besoin d’être majeur, ni d’avoir une formation ou des qualifications précises.

En bref

  • Le volontariat flexible à l’étranger est possible pour les ados à partir de 16 ans ou 17 ans, mais pas forcément tous les programmes de volontariat réglementés comme le VSI.
  • Sur notre portail, l’âge minimum requis est déjà visible dans les résultats de recherche.
  • Les tâches attribuées aux volontaires varient selon la mission, et sont listées dans la description de chaque projet.
  • Les bénévoles souhaitant recevoir un encadrement sérieux au cours de leur mission peuvent se tourner vers les organisations de volontariat qui ont du personnel sur place.

Quelques exemples de missions de volontariat accessibles dès 16 ans

Chantier jeune pour les 15-18 ans au Sénégal

Participez à un chantier international en Afrique francophone au sein d’un groupe de jeunes du monde entier âgés de 15 à 18 ans. Les volontaires sont impliqués dans différentes tâches au sein d’écoles et de centres d’accueil : organisation d’activités pour les enfants, décoration et rénovation de bâtiments, etc. Vous serez logé dans une famille d’accueil locale et encadré dans l’ensemble de vos activités. En savoir plus sur ce projet.

Suivi des dauphins à bord d’un voilier en Italie

À bord d’un voilier, les écovolontaires de ce projet sont chargés d’assurer le suivi des populations de dauphins qui peuplent la baie de Naples. Au programme : apprentissage des techniques d’identification, observation des cétacés et collecte de données. Les jeunes de 12 à 17 ans sont acceptés, à conditions qu’ils soient accompagnés d’un parent. Voir le descriptif de cette mission.

Chantier de reconstruction d’écoles au Népal

En 2015, le Népal a été frappé par un séisme aux conséquences humaines et matérielles terribles. Encadrés par des professionnels du bâtiment, les bénévoles soutiennent les efforts de construction d’établissements scolaires, pour permettre aux écoliers népalais de pouvoir reprendre leur éducation. Depuis le début du projet, 7 nouvelles écoles ont déjà ouvert leurs portes. Voir les détails du projet.

Mission de soins à la faune sauvage d’Afrique du Sud

Assistez des équipes de vétérinaires professionnels qui fournissent des soins aux animaux sauvages d’Afrique du Sud et accompagnez-les dans leurs missions sur le terrain. Ce projet de volontariat accessible aux jeunes de 16, 17 et 18 ans, est l’occasion unique de pouvoir observer au plus près les espèces emblématiques de la savane :  lions, rhinocéros, girafes, buffles, éléphants, etc.  Aller sur la description de la mission.

Protection des tortues et soutien aux populations au Costa Rica et au Nicaragua

Ce programme qui s’étend sur une durée totale de 4 à 12 semaines permet aux volontaires de participer à trois différents projets : protection des tortues marines au Costa Rica, soutien aux populations locales et aux activités d’écotourisme au Nicaragua. Cette mission vous permettra de vous plonger dans la culture de ces deux pays d’Amérique latine et d’améliorer votre espagnol. Se renseigner sur ce programme.

Découvrez de nombreuses autres missions de volontariat accessibles dès 16 ans !

Y a-t-il un âge minimum pour faire du volontariat en Afrique, Asie ou Amérique du Sud ?

De nombreuses missions de volontariat répertoriées sur notre portail sont accessibles dès l’âge de 16 ans.

Les missions que vous trouverez ici diffèrent des programmes de volontariat réglementés tels que le Service volontaire européen (SVE), ou encore le Volontariat de solidarité internationale (VSI), qui sont eux accessibles respectivement aux jeunes de 17 et 18 ans seulement. Le troisième programme de ce type est le volontariat en service civique à l’étranger, accessible aux jeunes dès l’âge de 16 ans. Dans la pratique, les candidats mineurs font cependant face à la concurrence de personnes majeures qui postulent pour le même projet, et qui ont souvent plus de chances d’être sélectionnées.

Le volontariat flexible à l’étranger a comme différence le fait qu’il soit accessible à tous grâce à un simple processus d’inscription, et la possibilité pour les volontaires de pouvoir choisir de manière plus ou moins flexible :

  • leur pays d’action,
  • la durée de leur séjour,
  • la date de début de leur mission.

Néanmoins, tous les projets de volontariat flexible ne sont pas accessibles dès 16 ans, car les conditions dépendent à la fois de l’organisation de volontariat qui prépare le départ et du projet local qui accueille les volontaires.

Des facteurs externes comme les questions liées à l’assurance ou à la responsabilité peuvent aussi jouer un rôle dans la détermination d’une limite d’âge. Bien qu’une grande partie des pays ait fixé 18 ans comme l’âge de la majorité civile, il existe des exceptions, qui peuvent faire évoluer la limite vers le haut ou vers le bas. Au Népal par exemple, la majorité est à 16 ans, tandis qu’elle est fixée à 20 ans en Thaïlande.

Si vous cherchez une mission de volontariat accessible à partir de 16, 17, 18 ou même 21 ans, vous verrez que l’âge minimum requis est ici directement indiqué dans les résultats de recherche. Cette information vous est également redonnée en bas de page dans toutes les descriptions de projets.

 

Faire du volontariat quand on a moins de 16 ans ou en famille

Il est possible de faire du bénévolat à partir de 15 ans (ou plus généralement avant l’âge de 16 ans), dans certaines conditions, comme par exemple :

  • si l’enfant ou ado est accompagné par un tuteur,
  • si le projet de volontariat est spécifiquement adapté aux jeunes de moins de 16 ans,
  • si le projet local a donné son accord.

Nous vous conseillons donc de contacter directement l’organisation de volontariat qui propose la mission qui vous intéresse en utilisant le formulaire de contact présent en bas de page. Mais même avant cela, le bon sens s’applique ! Il ne saurait par exemple être question d’impliquer des enfants si vous voulez travailler dans une organisation de défense des droits de l’Homme.

De plus, les parents et les tuteurs légaux qui accompagnent le ou les jeunes doivent être actifs au cours du projet, et ne peuvent pas se contenter d’être présents ou de les inscrire. Les organisations de volontariat ne fournissent pas de services de garde d’enfants, et c’est donc à leurs responsables de s’en occuper. Ce point doit être clair dans l’esprit des intéressés pour éviter tout malentendu.

Quels sont les types de missions de bénévolat accessibles à partir de 16 ans ?

En principe, les mineurs ont accès à toutes les catégories de projet. Si les descriptions de projets que vous trouverez sur guidisto-volontariat.fr indiquent un âge minimum de 16 ou 17 ans, c’est que nos organisations partenaires ont convenu avec les projets locaux que l’envoi de volontaires de moins de 18 ans sans qualification professionnelle est possible et responsable. En outre, vous trouverez sur les descriptions des projets toutes les autres informations relatives aux conditions requises pour pouvoir participer au projet : compétences linguistiques, prérequis spécifiques, etc.

La plupart des volontaires âgés de moins de 16 ans n’ont pas encore de diplôme. Que peuvent-t-ils donc accomplir sans qualification particulière en Afrique, Asie ou Amérique latine ?

La bonne nouvelle, c’est que pour faire un voyage humanitaire à 16-17 ans et mettre la main à la pâte, pas besoin d’avoir de diplôme professionnel. De plus, de nombreux jeunes de 16 ou 17 ans ont déjà de l’expérience en tant que bénévoles dans des clubs, associations ou encore grâce à des emplois saisonniers ou des jobs d’été. Les jeunes de 17 ans peuvent aussi déjà être titulaires du diplôme du BAFA, qui peut leur être utile dans des missions en faveur d’enfants.

Cela dépend aussi des attentes des volontaires concernant leur capacité d’action au cours du projet, et surtout de la manière dont ils sont encadrés et conseillés par le personnel présent sur place.

Il y a par exemple une différence entre assister un enseignant d’anglais, par exemple en ayant pour rôle d’initier les enfants à la langue en communiquant avec eux de façon ludique, et gérer sa propre classe pour apprendre aux élèves des règles de grammaire. De nombreux étudiants, apprentis ou diplômés pourraient tout à fait se rendre utiles dans la première situation, tandis que la seconde est probablement plus adaptée aux personnes ayant une expérience dans l’enseignement. Si vous avez du mal à décider si un projet est adapté pour vous, nous vous conseillons de vous poser la question : « Me sentirais-je capable de faire cette mission dans mon pays d’origine ? » Si la réponse est non, il serait plus sage de choisir un projet où vous vous sentirez plus à l’aise.

À 15, 16 ou 17 ans, les volontaires ne devraient pas avoir des attentes démesurées sur l’impact que leur action va avoir sur place. Malheureusement, il est impossible de sauver le monde à 16 ans en seulement 2 semaines ! Il est donc important d’avoir une attitude modeste et de partir avec l’envie d’apprendre et de comprendre plutôt que de sauver ou de donner.

Selon nous, l’utilité du volontariat réside dans le fait qu’il est un moteur d’apprentissage de la citoyenneté mondiale. Après une mission, les volontaires reviennent idéalement avec une volonté de s’engager pour la solidarité internationale et pour contribuer au changement sur le long terme à leur retour.

Chantier jeunes ou mission humanitaire individuelle ?

Les volontaires peuvent décider, selon leur préférence personnelle, de faire du bénévolat seul ou en groupe. Il existe des programmes collectifs conçus spécifiquement pour les volontaires adolescents âgés de 16 ou 17 ans. Les jeunes vont par exemple être intégrés au sein d’un groupe avec d’autres volontaires, et des activités sont organisées pour eux le week-end. Les bénévoles sont accompagnés par des employés de l’organisation de volontariat, qui font aussi office de superviseurs. Ces programmes, que l’on désigne souvent sous le nom de « chantier humanitaire » ou « chantier jeune », ont lieu à des dates précises, généralement pendant les vacances d’été, car ils ciblent spécifiquement les lycéens et étudiants de 16 à 25 ans.

Cependant, même si le groupe est encadré pendant ses jours de travail et le week-end, l’encadrement ne peut pas être garanti jour et nuit. Il est donc important que les parents sentent que leur enfant est suffisamment mature pour savoir se gérer.

Même dans les missions humanitaires pour 16-17-18 ans à caractère individuel, c’est-à-dire où les volontaires choisissent leur date d’arrivée, les jeunes ne sont pas complètement livrés à eux-mêmes. Les organisations de volontariat concentrent souvent leurs projets dans une certaine ville ou région de leur pays d’action, ce qui crée une dynamique de communauté au sein des volontaires, qui peuvent facilement échanger entre eux. Il n’est également pas rare que plusieurs bénévoles agissent en même temps sur le même projet, ce qui facilite la création de liens.

Mais qui supervise le projet qui vous intéresse ? Combien d’autres volontaires seront présents sur place en Afrique, Asie ou Amérique latine ? Y a-t-il une communauté de volontaires dans la ville hôte et travaillerez-vous avec d’autres bénévoles dans votre projet ? Pour clarifier ces questions à l’avance, nous vous recommandons de contacter directement l’organisme de volontariat via notre formulaire de contact présent en bas de chaque description de projet.

Quel encadrement les bénévoles reçoivent-ils sur place ?

Pour les parents de jeunes volontaires ados de 15, 16 ou 17 ans, un critère de décision important est de savoir si l’organisation de volontariat a son propre personnel sur place, pouvant porter assistance aux bénévoles si nécessaire.

Il y a certes peu de risques qu’une difficulté survienne, mais il est normal de se demander : et si ? Et on ne parle même pas d’une situation où la vie du volontaire serait mise en danger, mais plutôt de problème du type vol de portefeuille, besoin de recoudre une petite blessure, ou autre. Ce type d’imprévu peut en effet tout aussi bien survenir lors d’une mission de volontariat qu’au cours d’un voyage dans une destination touristique européenne.

Les organisations de volontariat peuvent avoir des fonctionnements différents en ce qui concerne l’encadrement sur place des bénévoles. Certaines s’appuient sur le personnel du projet local, d’autres travaillent avec des organismes d’accueil, tandis que d’autres emploient leur propre personnel sur place.

Les familles d’accueil sont également là pour soutenir les jeunes volontaires.

Avant de partir, il peut être utile de mieux s’informer sur le fonctionnement de l’organisme qui propose le projet qui vous intéresse. Vous pouvez pour cela vous aider de notre Guide du volontariat à l’étranger : comment choisir la bonne organisation de volontariat ?

Selon nous, il est préférable que les organisations de volontariat aient leurs propres employés sur place. La communication entre le pays d’action et le pays d’origine peut alors se faire de manière plus efficace, et en cas d’appel d’urgence, les employés d’une organisation de volontariat seront plus disponibles que des employés du projet local, qui ont eux d’autres responsabilités et priorités.

Comme mentionné plus haut, la présence d’une communauté de volontaires sur place est un facteur important pour le bien être des volontaires, qui peuvent alors échanger entre eux et se soutenir mutuellement en cas de problème.

Dans certains projets, les volontaires peuvent être amenés à vivre dans des familles d’accueil. Celles-ci sont en général très investies et peuvent aussi être des interlocuteurs en cas de problème.

 

Combien le volontariat à l’étranger à partir de 16 ans coûte-t-il ?

Le volontariat flexible à l’étranger n’est malheureusement pas gratuit, même pour les 16 ou 17 ans. Dans notre article « Pourquoi payer pour une mission de volontariat ? », nous expliquons en détail quels sont les coûts qui justifient de demander aux volontaires de payer des frais de mission. Il faut en effet non seulement compter le prix de l’hébergement et des repas, mais aussi la préparation et le suivi de la mission, les salaires des employés et les frais administratifs généraux de l’organisation de volontariat.

Les programmes réglementés tels que le SVE, le VSI ou le service civique à l’étranger sont considérablement moins chers, car il s’agit de dispositifs subventionnés par l’État. Cependant, comme vous pouvez le voir sur le schéma plus haut, tous n’acceptent pas les candidatures de mineurs de 16 ou 17 ans, et la durée de l’engagement est en générale plus longue que pour une mission de volontariat flexible, en général plusieurs mois, et donc difficile à concilier avec des études.

Il faut aussi garder en tête que dans le domaine du volontariat flexible, vous trouverez des projets aux frais de mission plus ou moins bon marché. Tout dépend de ce que l’organisme de volontariat inclut dans ces frais : plus vous attendez de services et d’encadrement, plus le voyage humanitaire sera coûteux. Notre check-list présente à la fin de notre guide Comment choisir la bonne organisation de volontariat ? vous donne les outils nécessaires pour pouvoir contrôler ce qui est spécifiquement inclus dans le prix, afin de pouvoir comparer de manière juste plusieurs projets. Un facteur d’ajustement du coût important est la présence ou l’absence de personnel sur place.

Si vous êtes motivés mais que le côté financier pose problème, voici quelques pistes pour vous aider dans votre projet :

  • scindez votre temps libre (vacances, année sabbatique, année de césure, etc.) en deux :
    • vous travaillez pendant un temps (emploi saisonnier, CDD, etc.),
    • et vous partez en mission par la suite grâce à l’argent que vous avez économisé.
  • créez une cagnotte participative pour inciter vos proches à vous soutenir dans votre projet,
  • postulez pour des bourses de voyage comme par exemple la bourse du voyage solidaire AVI (attention, toutes les bourses de voyage ne sont pas applicables à une mission humanitaire, renseignez-vous bien avant de monter votre dossier).

Parlez à vos amis de "Faire une mission humanitaire dès 16, 17, 18 ans : chantier jeunes et volontariat à l’étranger" :

Frank Seidel

Frank Seidel est le fondateur de guidisto-volontariat.fr, le portail en ligne indépendant pour le volontariat responsable et flexible à l’étranger. Depuis sa propre expérience en tant que volontaire en 1991, il travaille dans le secteur de l'engagement volontaire à l'étranger. Par le passé, il a également écrit un livre sur l'écovolontariat, et a travaillé comme directeur marketing pour un grand organisme de volontariat.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire