EN  |  A propos | Presse | Contact |  ✉ Newsletter

Assurance voyage humanitaire : guide 2020 de l’assurance volontariat (+ comparatif)

Assurance voyage humanitaireAccident, vol, maladie… Sans tomber dans la paranoïa, il faut être conscient·e que de nombreux imprévus peuvent survenir au cours d’un séjour à l’étranger. Il est donc conseillé de partir en ayant souscrit à une assurance voyage, et cela est aussi valable dans le cas d’un volontariat à l’étranger et des missions que vous trouverez sur notre portail.

Dans ce guide, nous vous aidons à y voir plus clair sur l’utilité d’une assurance volontariat et sur ce à quoi être attentif avant de faire votre choix. Nous vous présentons également un comparatif de formules d’assurances adaptées à un voyage de type mission humanitaire.

Table des matières

S’assurer lors d’un voyage humanitaire, c’est obligatoire ?

Si vous partez en mission de volontariat à l’étranger (en 2020, 2021 ou plus tard), souscrire à une assurance n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé. Les risques liés à un séjour à l’étranger ne sont en effet généralement pas couverts par la Sécurité Sociale, et un problème de santé ou autre à l’étranger peut rapidement s’avérer très coûteux.

Souscrire à une assurance voyage humanitaire alors qu’il y a de grandes chances qu’il ne se passe rien peut vous sembler revenir à jeter de l’argent par les fenêtres, mais cela change du tout au tout au moindre problème, notamment si vous avez besoin d’être hospitalisé·e.

Assurance volontariatCe conseil vaut d’autant plus à partir du moment où votre voyage sort des sentiers battus, comme c’est le cas des missions de volontariat. Les volontaires sont en effet amenés à effectuer des tâches plus physiques que des touristes classiques et les missions humanitaires ou d’écovolontariat se déroulent souvent dans des endroits plutôt reculés, loin des grandes villes et infrastructures sanitaires.

De plus, certains pays exigent que les voyageurs aient souscrit à une assurance voyage pour leur délivrer un visa (avec ou sans condition de durée de séjour minimum). C’est le cas par exemple de l’Équateur, la Thaïlande, la Chine, ou encore la Russie.

Certains organismes de volontariat font payer aux volontaires des frais de mission dans lesquels une assurance voyage est déjà comprise, mais bien souvent, c’est aux volontaires eux-mêmes de faire la démarche et de souscrire à une assurance adaptée à leur projet.

➤ Pensez à demander votre Carte Européenne d’Assurance Maladie

Image Zeugma fr (Wikimedia Commons) sous licence CC BY-SA 3.0

Si vous êtes Français·e et que vous partez en mission de volontariat en Europe, n’oubliez-pas de demander votre Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM). Cette carte n’a pas vocation à remplacer une assurance volontariat (car elle ne couvre qu’une petite partie des prestations détaillées ci-dessous), mais elle vous facilitera la vie en cas de maladie ou accident dans un pays de l’UE/EEE ou en Suisse.

Pour obtenir cette carte, il vous suffit d’en faire la demande en ligne.
Important : comptez un délai de 15 jours environ pour recevoir cette carte, qui est valable 2 ans.

➤ Vérifiez si vous n’avez pas déjà une assurance voyage associée à votre carte bancaire

Photo stevepb sur Pixabay

Certaines cartes bancaires haut de gamme (Premium, Gold, etc.) incluent déjà des prestations d’assurances (notamment d’annulation) en cas de voyage à l’étranger. Si vous êtes titulaire de ce type de carte, n’oubliez pas de jeter un œil à ce qui est inclus dans ces prestations d’assurances, afin de vous éviter de payer éventuellement deux fois pour la même chose.

Attention toutefois : l’assurance liée à une carte bancaire ne fonctionne que si vous avez utilisé la carte en question pour le paiement du service lié au problème (billet d’avion, location de voiture, etc.).

Avant de décider de vous contenter de l’assurance de votre carte bancaire, vérifiez également bien les plafonds des frais médicaux, qui se révèlent souvent insuffisants si l’on prend en compte le risque d’hospitalisation (qui fait s’élever les frais à plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d’euros par jour, selon les pays).

Qu’est-ce qui est compris dans une assurance volontariat ?

Souscrire à une assurance volontariat permet de se prévenir contre la plupart des problèmes pouvant survenir lors d’un séjour à l’étranger et qui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, dépassent largement le remboursement d’éventuels frais médicaux.

Assurance écovolontariatLa plupart des assurances adaptées à un voyage humanitaire vont ainsi couvrir par exemple :

  • la prise en charge de frais médicaux
  • la prise en charge des frais d’hospitalisation
  • le vol, la perte ou la destruction de bagages
  • la responsabilité civile à l’étranger (voir la définition)
  • le rapatriement en cas d’urgence
  • etc.

Il s’agit là des garanties principales, couvertes par la plupart des solutions d’assurances voyages, mais certaines proposent également des services annexes, comme une assistance juridique en cas de litige, ou encore un soutien psychologique.

Généralement, une formule d’assurance voyage généraliste ne couvre pas les frais d’annulation de voyage. Si vous souhaitez souscrire à une assurance annulation, la plupart des compagnies d’assurances proposent des formules spécifiques, auxquelles vous pouvez souscrire en plus.

Assurance voyage humanitaire : à quoi faire attention ?

Si vous cherchez une assurance volontariat, vous vous apercevrez rapidement qu’il y a de quoi se perdre dans la jungle des compagnies d’assurances et des formules qu’elles proposent. Toutefois, toutes les solutions d’assurances voyages ne se valent pas, et tout se joue généralement dans les détails.

Voici donc une liste d’éléments auxquels vous devriez être particulièrement attentifs lors de vos recherches :

  • le plafond de prise en charge des frais médicaux d’hospitalisation : le montant journalier d’une hospitalisation n’est pas le même partout et, selon la destination, cela peut même être le jour et la nuit. De manière générale, si votre mission de volontariat se déroule dans un pays « du Nord » (États-Unis, Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, etc.), il faut prévoir au minimum plusieurs milliers d’euros par jour d’hospitalisation. Dans une telle situation, un plafond de quelques dizaines de milliers d’euros peut vite se révéler insuffisant. Un plafond d’au moins 100 000 € nous semble le minimum.
  • le plafond de remboursement des bagages : en cas de perte ou vol de bagages, les assurances ne remboursent généralement qu’une partie de la valeur des biens que vous aviez emporté avec vous, et ce montant peut être plus ou moins élevé. Si vous emportez en voyage du matériel très cher, par exemple un appareil photo professionnel, il vaut mieux faire également assurer cet appareil individuellement.
  • le délai de carence (voir la définition) : pour éviter que votre voyage ne commence sans que vous soyez couvert, pensez à vérifier combien de temps après votre souscription la couverture prend réellement effet.
  • les motifs d’annulation couverts : ce n’est pas parce que vous souscrivez à une assurance annulation que tous les motifs d’annulation sont effectivement couverts. Certaines assurances ne vont en effet vous rembourser qu’en cas d’événement exceptionnel (maladie ou décès), tandis que d’autres seront plus souples, et couvriront les causes dites « justifiables ». Si vous pensez qu’il y a des chances que vous deviez annuler votre voyage (par exemple pour un motif professionnel ou un événement qui peut survenir dans votre pays de destination), mieux vaut vous renseigner en détails sur les motifs d’annulation couverts et choisir une formule plus souple.
  • l’assistance téléphonique 24h/24 et 7j/7 : tout particulièrement si vous vous engagez dans un pays avec un décalage horaire important, il est préférable que la compagne d’assurance que vous choisissez mette à votre disposition un numéro d’urgence où vous pouvez joindre un·e chargé·e d’assistance à n’importe quelle heure de la journée, 7 jours /7. Aujourd’hui, ce service est proposé par la plupart des assurances. Conseil important avant de partir : notez ce numéro quelque part afin de l’avoir à portée de main, car en cas de problème, vous n’aurez pas le temps ni la tête à éplucher votre contrat pour le trouver !

Comparatif : quelle assurance choisir pour une mission de volontariat ?

Il existe de très nombreuses solutions d’assurances voyages, qui sont pour la plupart également adaptées à un voyage humanitaire. Aucune ne propose un tarif unique, car celui-ci va varier généralement selon l’âge de l’assuré·e, son pays d’action, et la durée de son séjour à l’étranger.

Nous vous présentons ici un comparatif de deux solutions d’assurances reconnues et adaptées à une mission de volontariat. Il s’agit dans tous les cas de courtiers d’assurances (voir la définition).

Cap Volontariat de Chapka assurances

Chapka assurances propose des solutions adaptées à tous les types de séjours à l’étranger (volontariat, mais aussi vacances classiques, voyage d’affaires, ou encore stages à l’étranger).

Cap volontariat est une formule spécialement pensée pour les séjours à l’étranger de type voyage humanitaire, mission du volontariat/bénévolat, VSI, VIE, etc.

L’âge limite pour pouvoir souscrire à cette formule est de 65 ans (compris).

Principales garantiesRemboursement maximum
Frais médicaux et d’hospitalisationIllimité
Frais dentaires d’urgence500 €
Rapatriement de l’assuré·eFrais réels
Assurance bagages2 000 €
Responsabilité civileVie privée : 4 000 000 €
Locative : 100 000 €
Frais de recherche et secours5 000 €
Assistance juridique3 000 €
(+ avance caution pénale 7 500 €)

Exemples de tarifs pour les moins de 35 ans :

  • 35 € pour un mois en Europe
  • 42 € ou 62 € pour un mois dans le monde entier (selon la zone)

Chapka propose également des formules :

  • pour les étudiant·e·s faisant un stage ou des études à l’étranger : Cap student
  • pour couvrir l’annulation de votre mission humanitaire : Cap annulation

Globe Partner d’ACS

ACS propose des formules d’assurances voyages complètes et adaptées à tous les types de séjours à l’étranger (tourisme, volontariat, tour du monde, etc.)

Globe Partner est une formule couvrant les voyages et volontariats à l’étranger de moins de 12 mois.

L’âge limite pour pouvoir souscrire à ces formules est de 69 ans (compris).

Principales garantiesRemboursement maximum
Frais médicaux et d’hospitalisation150 000 €
Frais dentaires d’urgence300 €
Rapatriement de l’assuré·eFrais réels
Assurance bagages1 150 €
Responsabilité civileDommages corporels : 4 500 000 €
Dommages matériels et immatériels : 450 000 €
Objets confiés dans le cadre de stages : 11 500 €
Frais de recherche et secours3 000 €
Assistance juridique3 000 €
(+ avance caution pénale 7 000 €)

Exemple de tarifs (au départ d’un pays de l’Union Européenne, quelle que soit la zone de destination) :

  • 34 €/mois pour un·e volontaire de moins de 36 ans
  • 40,60 €/mois pour un·e volontaire de 36 à 69 ans

Notre avis : quelle est la meilleure assurance voyage humanitaire ?

Comme pour les missions que nous répertorions sur notre portail, nous ne souhaitons pas vous aiguiller vers une formule plutôt qu’une autre. Le but de notre comparatif est plutôt de vous présenter quelques bonnes solutions parmi celles qui existent, et de vous donner les clés pour que vous puissiez choisir celle qui vous correspond.

➤ Quelle est l’assurance la moins chère ?

Dans le cas le plus classique (une personne de moins de 35 ans qui part en volontariat hors Europe), la solution la moins chère parmi celles proposées est la formule Globe Partner d’ACS.

Cependant, les différences de prix sont assez faibles entre les différentes formules, et ne pèsent au final que très peu dans le prix total de votre séjour.

Au lieu de vous fixer sur le prix et sur une différence de quelques euros par semaine ou par mois, nous vous conseillons plutôt de choisir la formule qui vous correspond selon les garanties proposées par l’assurance, en fonction de votre situation particulière (pays d’action, durée de la mission, âge, etc.).

➤ Quelle assurance a la meilleure réputation ?

Là encore, pas de réponse magique. Les deux cabinets de courtage que nous vous avons présentés existent tous depuis au moins 15 ans et ont fait leurs preuves. Vous trouverez sur le web des retours d’expérience et articles positifs sur les deux.

Assurance bénévolat➤ Quelle solution d’assurance est la mieux adaptée à un voyage humanitaire ?

Toutes les solutions présentées ci-dessus, ainsi que la plupart des autres assurances voyages, sont adaptées à un séjour de type volontariat à l’étranger. De fait, lorsque l’on se penche sur le détail des garanties, on se rend vite compte qu’il n’y a pas ou peu de différence entre une assurance voyage “classique” et une assurance voyage humanitaire.
Nous vous conseillons donc de ne pas baser pas votre choix sur le fait que la formule mentionne explicitement, dans son nom ou sa description, les termes de « volontariat » ou « voyage humanitaire »

➤ Quelle assurance propose les meilleures garanties ?

Parmi les formules présentées ci-dessus, celle qui propose le meilleur niveau de remboursement est sans conteste Cap Volontariat de Chapka assurances, avec son plafond illimité de remboursement des frais médicaux et d’hospitalisation.

➤ Quelle est l’assurance la mieux adaptée à votre situation ?

Encore une fois, nous ne pouvons pas vous donner de réponse toute faite, puisque chaque formule présente des avantages et des inconvénients comparée aux autres.

Nous vous conseillons de prendre un compte les critères suivants pour vous guider dans votre choix :

  • S'assurer volontariatle type d’activité que vous effectuez (une mission d’écovolontariat ne vous expose par exemple pas aux mêmes risques qu’une mission dans une école ou qu’un stage infirmier)
  • le pays d’action où vous vous rendez et le coût des soins dans ce pays
  • le prix de votre voyage
  • la durée de votre voyage
  • le budget que vous êtes prêt à mettre dans votre assurance volontariat
  • la probabilité que vous deviez annuler votre volontariat (dans ce cas, pensez à souscrire en plus à une assurance annulation)
  • si vous voyagez individuellement ou en couple/famille/groupe (certaines assurances proposent des formules de groupe)

💡 Rappel utile : vocabulaire de l’assurance voyage

Pour vous aider dans votre recherche de l’assurance volontariat qui vous correspond, voici un court rappel du vocabulaire couramment utilisé par les assurances :

  • Courtier : un courtier d’assurance (ou cabinet de courtage) agit comme intermédiaire entre vous (l’assuré·e), et une compagnie d’assurance. Son rôle consiste à vous représenter et à négocier pour vous les meilleurs tarifs et garanties auprès des compagnies d’assurance
  • Délai de carence : période pendant laquelle vous n’êtes pas couvert·e par l’assurance (généralement entre le moment où vous souscrivez au contrat et le moment où vous êtes effectivement assuré·e)
  • Frais réels : remboursement intégral des frais dépensés
  • Franchise : somme à payer de votre poche en cas de sinistre
  • Plafond : somme maximale couverte par l’assurance pour une certaine garantie
  • Exclusion : événement qui n’est pas couvert par l’assurance
  • Indemnisation au 1er euro : prise en charge des soins/coûts par l’assurance dès le premier euro dépensé, sans franchise et sans devoir passer par un autre organisme tel que la Sécurité Sociale
  • Responsabilité civile : réparation des dommages causés à une personne tierce (accident, casse, etc.)