EN  |  A propos | Presse |  ✉ Newsletter

VIA, VIE + humanitaire : trouver un volontariat international dans la solidarité

vie humanitaireLe Volontariat International en Entreprise (VIE) et le Volontariat International en Administration (VIA) sont des programmes permettant à des jeunes de vivre une expérience professionnelle à l’international. Les missions, en général de longue durée, se déroulent dans des structures françaises basées à l’étranger. Attention toutefois à la confusion : malgré le terme de volontariat, le VIA et le VIE n’ont rien à voir avec les domaines de l’humanitaire (sauf de rares cas dans le cadre d’un VIA). Si vous souhaitez vous engager dans la solidarité à l’international, il faut plutôt aller voir du côté d’autres programmes comme le VSI, le Service Civique à l’étranger ou le volontariat flexible. Dans cet article, nous avons rassemblé les informations pour que vous puissiez comprendre ce que sont ces programmes, comment trouver un VIE et un VIA et la nature des missions de ce type.  

En bref

  • Un dispositif qui n’a du volontariat que le nom et qui s’apparente en fait à une expérience professionnelle à l’étranger.
  • Des missions principalement dans des pays riches (Allemagne, Belgique, États-Unis, etc.) sans notion d’humanitaire.
  • Un tremplin pour l’employabilité des jeunes diplômés.

VIA, VIE dans l’humanitaire, c’est possible ?

VIE, VIA, VSI, CSI, SVE… Avec tous ces sigles qui se ressemblent, pas étonnant qu’il y ait confusion ! Et pourtant, ces initiales se réfèrent à des dispositifs bien distincts, qui n’ont pour les deux premiers rien à voir avec l’humanitaire.

– Le Volontariat International en Entreprise (VIE) se déroule, comme son nom l’indique, à l’étranger et dans des entreprises françaises. Dans plus de la majorité des cas (56 %), les postes sont dans des grands groupes et grandes entreprises comme Orange, Total ou encore Thales, mais on peut également trouver des missions dans des PME. Chaque année, ce sont entre 6000 et 8000 personnes qui partent en VIE. Le succès de ce dispositif est donc indéniable, et pour cause : il est avantageux à la fois pour les jeunes et pour les entreprises.

– Le Volontariat Internationale en Administration (VIA) se déroule lui dans des services de l’État français à l’étranger : ambassades, consulats, alliances françaises, instituts de recherche, etc. On pourrait se dire qu’on se rapproche d’une idée de solidarité, mais même quand on regarde les offres de VIA sous la tutelle du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE), on se rend compte que le public visé est en général la population française du pays où se déroule la mission (dont on ne peut en général pas vraiment dire qu’elle soit dans le besoin). Environ 1200 personnes partent chaque année en VIA.

On comprend donc que ces dispositifs s’apparent plutôt à un premier emploi à l’étranger qu’à une mission de volontariat telle qu’on l’entend habituellement. Le VIE est d’ailleurs souvent considéré comme un vecteur de pré-embauche par les entreprises et plus de la moitié des volontaires reçoivent d’ailleurs une proposition d’embauche de leur entreprise d’accueil à l’issue de leur mission de VIE.

Si vous souhaitez agir pour les populations locales dans des pays d’Afrique, d’Asie ou encore d’Amérique latine, nous vous conseillons donc plutôt d’aller voir du côté :

Les conditions pour partir en VIE/VIA

Le Volontariat International en Entreprise et le Volontariat International en Administration est ouverts aux ressortissants français ou des pays de l’Espace Economique Européen (UE + Islande, Norvège et Liechtenstein).

 Quel âge pour partir ?

Le VIE et le VIA est ouvert aux personnes de 18 à 28 ans.

Dans la pratique, on penche plutôt vers la limite haute puisque l’âge moyen des personnes en VIE est de 26 ans.

 Quelles qualifications ?

Les entreprises et les administrations recherchent en général de jeunes professionnels qualifiés avec des compétences précises (voir notre section sur les secteurs d’activités représentés). En théorie, il n’y a pas de minimum requis et toute personne majeure peut postuler à une mission de VIE ou de VIA. En pratique pourtant, étant donné que les attentes sont élevées et que la concurrence est rude, les jeunes ayant un niveau master ou une double-formation sont les plus susceptibles de décrocher le poste de leur rêve. À titre d’exemple, seuls 12% des offres de VIE s’adressent à des bac +2 et les deux tiers des volontaires en VIA ont un niveau bac +5.

Il faut également noter que certains pays imposent des critères spécifiques. Ainsi, pour faire un VIE en Chine, il faut avoir minimum un bac +3 et au moins 2 ans d’expérience professionnelle sur un poste similaire (pour en savoir plus sur les conditions d’éligibilité).

Enfin, sauf si vous optez pour des destinations francophones, il vous faudra bien souvent savoir parler couramment anglais.

 Quelle durée d’engagement ?

Une mission de Volontariat International en Entreprise ou de Volontariat International en Administration peut durer de 6 mois à 2 ans. Elle peut être renouvelée une fois pour une durée de 2 ans maximum.

Dans la pratique, l’écrasante majorité des missions durent au moins 1 an, la moyenne étant comprise entre 17 et 18 mois. En juillet 2018, sur toutes les missions publiées sur civiweb (VIE et VIA confondus), 96 % avaient une durée comprise entre 12 et 24 mois.

 Combien ça coûte ?

Les personnes en VIA et en VIE reçoivent une indemnité mensuelle fixe de 723,99 € minimum. En plus de cette base, une indemnité supplémentaire, souvent confortable, leur est également versée tous les mois. Le montant de cette indemnité dépend du pays où se déroule le Volontariat International, mais elle peut s’élever à plusieurs milliers d’euros pour des pays comme l’Afghanistan ou l’Angola.

Autre avantage pour les participants : les frais de voyage sont couverts par l’employeur. À noter toutefois que les frais d’hébergement sont à la charge du volontaire.

Pays d’action

 VIE

On trouve des missions de Volontariat International en Entreprise majoritairement dans des pays riches, ou dits « du Nord », soit en Europe, en Amérique du Nord et en Asie.

Pour ce qui est des 5 destinations les plus prisées dans un VIE, on trouve :

  1. États-Unis
  2. Belgique
  3. Allemagne
  4. Royaume-Uni
  5. Chine

 VIA

La répartition des missions de VIA est en revanche plus hétérogène, avec des missions dans des pays d’Afrique (Tanzanie, Mauritanie) du Moyen Orient (Arabie Saoudite) ou encore d’Amérique du Sud (Brésil, Colombie).

Cela s’explique par le fait que beaucoup de missions se déroulent dans des ambassades ou des consulats, dont la France dispose dans presque tous les pays du monde.

Secteurs représentés

 VIE

Selon les statistiques 2017 de Business France, les 5 secteurs les plus représentés dans les missions de VIE sont :

  • la banque,
  • l’automobile,
  • l’industrie pharmaceutique,
  • l’informatique,
  • les services.

 VIA

Les secteurs les plus demandés pour le VIA seraient selon Les Echos :

  • les sciences politiques,
  • le droit,
  • l’ingéniérie,
  • le FLE (Français Langue Étrangère),
  • l’informatique,
  • le journalisme,
  • l’urbanisme…

Comment candidater à une mission de VIE/VIA ?

Pour trouver un VIE ou un VIA, vous avez plusieurs solutions :

  • postuler via civiweb, la plateforme dédiée au Volontariat International (VIE et VIA) du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères,
  • consulter les offres disponibles directement sur le site des entreprises,
  • consulter les offres de VIE/VIA sur des plateformes dédiées aux emplois à l’étranger (comme Pôle emploi international),
  • envoyer une candidature spontanée à une entreprise basée à l’étranger.

Environ 25% des missions de VIE sont obtenues par candidature spontanée. Même si cette façon de faire est donc longue et fastidieuse, cela vaut donc le coup de tenter sa chance si vous visez une entreprise en particulier.

Dernière chose : il est conseillé de s’y prendre au moins 6 mois avant le départ afin d’être certain d’avoir le temps d’accomplir toutes les formalités nécessaires pour partir en VIE ou VIA.