EN  |  A propos | Presse |  ✉ Newsletter

Service Civique à l’international dans l’humanitaire (Afrique, Asie, Amérique Latine)

Service Civique internationalLe Service Civique international a pour but de permettre à tout jeune d’avoir accès à la mobilité internationale. Ce dispositif pour la jeunesse permet à des jeunes de tous horizons de participer à une mission de Service Civique humanitaire pour une ONG ou une collectivité locale dans un pays en développement par exemple. Pourtant, lorsque les volontaires voyagent à l’étranger pour leur Service Civique (Afrique, Asie, Amérique Latine, etc.), d’importants frais restent souvent à leur charge. Sur cette page, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir avant de s’engager pour une mission de Service Civique à l’étranger, ainsi que des infographies pour le comparer facilement avec les autres possibilités pour partir en volontariat international.

En bref

  • Le volontariat règlementé à l’étranger le plus facilement accessible pour les jeunes de 18 à 25 ans.
  • Une indemnité mensuelle, mais des frais d’expatriation (voyage, logement, nourriture) potentiellement à la charge des volontaires.
  • Des missions de longue durée : au moins 6 mois, le plus souvent près de 12 mois.

L’engagement de Service Civique international : une opportunité pour tous

Depuis la création du Service Civique en 2010, il est possible de s’engager à l’international avec ce dispositif. Le nombre d’associations proposant ce type de missions ne cesse d’augmenter : en 2016, ce sont 1367 volontaires qui se sont engagés en service civique à l’étranger, soit le double de l’année précédente où ils étaient 691 !

De plus, il existe des missions spécifiques plus courtes, sur le modèle des chantiers de volontaires, destinées à des jeunes en difficulté, et souvent en partenariat avec des missions locales. Le Service Civique se veut en effet être accessible à tous et même en ce qui concerne les missions classiques, les compétences et qualifications ne sont (officiellement) pas censées être des critères de sélection au profit de la motivation du jeune. Ce dernier bénéficie également d’un accompagnement tout le long de son service volontaire (de la préparation à l’évaluation finale).

Les conditions pour partir en Service Civique à l’étranger

Les missions de Service Civique à l’international sont destinées aux jeunes de nationalité française ou ressortissants de l’Union Européenne ou de l’Espace Economique Européen. Pour nos amis suisses, il est possible d’y participer si vous pouvez justifier d’un an de résidence sur le territoire français.

 Quel âge pour partir ?

En théorie, le Service Civique à l’étranger est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans (jusqu’à la veille des 26 ans), mais dans la pratique, presque aucun mineur n’effectue de missions à l’international. Il faut donc considérer que l’âge requis est de 18 à 25 ans. En ce qui concerne les jeunes de plus de 25 ans, un VSI ou un volontariat flexible sera sans doute plus adapté à leur profil.

Cas particulier : les personnes en situation de handicap peuvent faire un service civique à l’international jusqu’à la veille de leur 31e anniversaire.

 Quelles qualifications ?

Aucune qualification ou diplôme ne sont demandés : la sélection n’est pas censée se faire sur ces critères mais sur les expériences et motivations du jeune. Dans les faits, on remarque cependant que la plupart des jeunes non engagés dans une mission spécifique aux jeunes en difficulté sont étudiants ou ont fini leurs études supérieures.

Pour le service civique à l’étranger, des capacités d’adaptation à un environnement culturel différent ou des connaissances linguistiques peuvent en revanche parfois être attendues afin d’assurer la bonne intégration des volontaires. Pas de panique, beaucoup de missions de Service Civique se déroulent dans des pays francophones, notamment en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie) ou de l’Ouest (Sénégal, Bénin, Togo…).

 Quelle durée d’engagement ?

Les missions de Service Civique internationales durent minimum 6 mois et maximum 1 an. Il n’y a pas d’informations officielles sur la durée effective mais nous avons fait pour vous des statistiques sur les nombreuses missions proposées : dans les faits, environ 40 % des missions durent 12 mois. Cependant, les engagements de 6 mois, qui représentent environ 1 mission sur 5 aujourd’hui, sont de plus en plus courants.

Les jeunes cherchant une mission de volontariat international de courte durée après leur bac devraient donc orienter leurs recherches vers des missions de 1 mois à 3 mois en volontariat flexible (la plupart des missions répertoriées sur Guidisto correspondent à du volontariat flexible).

 Combien ça coûte ?

Les volontaires reçoivent une indemnité mensuelle de 580,55 € et la protection sociale est prise en charge par l’Etat. Une bourse supplémentaire de 107,66 € est également prévue pour les jeunes dont le foyer bénéficie du RSA.

Malheureusement, effectuer une mission de Service Civique international n’est pas gratuit pour autant. Beaucoup de jeunes qui souhaiteraient s’engager dans un Service Civique humanitaire espèrent n’avoir à donner que de leur temps et de leur énergie, mais dans les faits, la réalisation d’une mission à l’étranger engendre des coûts supplémentaires, notamment de transport et d’hébergement.

Bien souvent, ces frais incombent aux volontaires et peuvent représenter un problème financier. Certaines ONG parviennent à obtenir des financements supplémentaires et ainsi à réduire ces coûts, mais même dans ce cas, une part significative reste à la charge du volontaire.

Parmi ces frais, il faut compter :

  • Les déplacements internationaux (billets d’avion et frais de visa). Certaines missions n’étant validées que peu avant le début de la mission, il faut donc parfois acheter les billets peu avant le départ, et donc à un tarif onéreux.
  • L’hébergement sur place
  • La nourriture, les déplacements locaux, etc.

Avant tout engagement, il convient donc de bien clarifier la situation et l’éventuel partage des frais avec l’organisation d’accueil.

Pays d’action

L’Allemagne accueille un cinquième des volontaires en Service Civique international, notamment dans le cadre du partenariat franco-allemand, mais elle reste une exception. En effet plus des deux tiers des Services Civiques à l’étranger sont réalisés hors Europe. L’Afrique est le continent le plus représenté, notamment le Maghreb (Tunisie, Maroc) et l’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Bénin, Togo, Cameroun). Parmi les autres pays qui accueillent beaucoup de volontaires en service civique, on peut aussi mentionner le Cambodge, l’Inde, le Pérou, l’Équateur, le Vietnam et Madagascar, qui ont tous accueillis plus de 40 volontaires en 2016.

Domaines d’action

L’Agence du Service Civique distingue 9 catégories d’action :

  • Solidarité
  • Éducation pour tous
  • Culture et loisirs
  • Sport
  • Environnement
  • Mémoire et citoyenneté
  • Santé
  • Développement international et aide humanitaire
  • Intervention d’urgence en cas de crise

Plus concrètement, les volontaires peuvent être amenés à effectuer des missions :

Comment candidater à une mission de Service Civique international ?

 La recherche de mission

Toutes les offres sont disponibles sur le site du Service Civique. Dans le moteur de recherche, pensez à sélectionner « à l’étranger » et à affiner la recherche par durée, pays ou domaine d’action par exemple.

La base de données est souvent mise à jour, pensez donc à vérifier régulièrement si la mission de vos rêves n’apparaît pas. Le mieux reste de paramétrer des alertes personnalisées qui vous avertiront si une mission qui vous intéresse apparaît.

 La candidature

La candidature se compose d’un formulaire et d’une lettre de motivation obligatoire à écrire. Il est aussi possible de l’accompagner d’une pièce jointe pour appuyer la candidature. En pratique, il est fortement recommandé d’utiliser cette fonctionnalité pour joindre un CV (les candidatures sans CV sont parfois directement refusées). La candidature sera transmise à l’organisme d’accueil qui se chargera de la sélection et vous recevrez un accusé de réception par mail.

Si vous souhaitez faire un service civique à l’étranger, il est conseillé de ne pas tout miser sur une mission en particulier et de postuler à plusieurs offres, car celles-ci sont malheureusement peu nombreuses au vu de la forte demande.

 La sélection

Une fois la candidature reçue, chaque association est libre d’effectuer la sélection comme elle l’entend. Cependant, la plupart procèdent à une présélection grâce à la candidature qu’ils auront reçue. Officiellement, la sélection ne doit pas se faire sur les compétences ou les qualifications (mis à part les compétences linguistiques pour certaines missions) mais sur la motivation et les expériences des candidats. Pensez donc à mettre en valeur votre parcours, mais aussi vos loisirs (voyages par exemple) ou éventuelles expériences de volontariat.

Un entretien à distance ou en face à face est ensuite programmé afin de s’assurer de la motivation du jeune vis-à-vis de la mission.

En règle générale, il faut compter environ 3 mois entre la candidature et le départ en mission. Cependant, certaines missions ne sont validées que quelques semaines seulement avant le début du contrat. Les candidats doivent donc être prêts à partir rapidement, et cela induit d’avoir son passeport et ses vaccins éventuels à jour.

Une fois que les volontaires sont sélectionnés, ils n’ont plus qu’à signer le contrat de Service Civique. Les formalités administratives sont gérées entre l’Agence du Service Civique et l’organisme d’accueil.

Préparation au départ

Afin de préparer les volontaires à mener à bien leur mission, un stage de préparation est organisé avant le départ. Il dure entre quelques jours et une semaine et forme les volontaires selon les besoins de leur mission mais aussi à des problématiques plus générales : préparation à l’adaptation culturelle, gestion des conflits, démarches administratives, etc.

Accompagnement du volontaire

De la session de formation avant le départ au débrief d’évaluation en fin de parcours, le volontaire est accompagné durant tout son engagement afin que celui-ci se passe au mieux.

Un tuteur référent est assigné au volontaire pour la durée de la mission. Son rôle est d’aider le jeune à s’intégrer en début de mission puis de veiller au bon déroulement du projet.

Le volontaire bénéficie aussi d’une aide pour la réflexion sur un projet professionnel, notamment lors de réunions de mi-parcours ou lors de l’évaluation finale.

Enfin, il devra suivre une formation civique et citoyenne (gratuite) au cours de ton séjour qui se décompose en deux modules :

  • Une formation pratique aux premiers secours (diplôme PSC1)
  • Une formation théorique destinée à développer la citoyenneté et le civisme des volontaires.