EN  |  A propos | Presse |  ✉ Newsletter

Communiqué de presse

3 octobre 2017

Volontariat humanitaire et écovolontariat :  2 types de missions-pièges à éviter à tout prix

  • Photo Frontierofficial sous licence CC 2.0

    Guidisto, le nouveau portail pour un volontariat utile et responsable à l’étranger, met en garde contre des missions qui font plus de mal que de bien

  • Un guide gratuit aide à identifier des missions utiles et responsables

Août 2017 – Arracher des enfants à leur famille ou élever des animaux pour mieux les envoyer à la mort, voilà deux objectifs auxquels aucun voyageur responsable n’adhérerait. Et pourtant, de nombreux Occidentaux qui participent pendant l’été à des missions de volontariat à l’étranger soutiennent sans le savoir ces pratiques. Guidisto, le nouveau portail en ligne pour un volontariat utile et responsable, met en garde contre ces pratiques et aide avec son guide « Bien choisir un organisme de volontariat à l’étranger » à identifier les projets qui méritent la confiance des bénévoles.

Partir oui, mais pas pour n’importe quelle mission

S’engager à l’étranger et soutenir des projets humanitaires, écologiques ou culturels aux quatre coins du monde peut être bénéfique pour toutes les parties concernées. Mais des dérives existent ! C’est pourquoi il convient de prendre le temps de s’assurer que le projet que l’on vise est véritablement utile et responsable.

Guidisto a décidé d’exclure entièrement deux types de missions de bénévolat du portail.

 

Du trafic d’enfants sous couvert de faux orphelinats

Depuis plusieurs années et particulièrement dans certains pays d’Asie du Sud-Est comme le Népal ou le Cambodge, on voit fleurir des pseudo-orphelinats où l’on estime que 80 % des enfants auraient au moins un parent vivant. Il s’agit dans la majorité des cas de jeunes issus de populations défavorisées qui sont enlevés sous de faux prétextes à leur famille, qu’ils ne revoient souvent jamais. Des volontaires travaillant auprès de ces pseudo-orphelins alimentent involontairement à travers leurs frais de participation et leurs dons ce modèle économique « orphelinat ». La vente d’artisanat, l’organisation de spectacles à destination des touristes ou encore l’appel aux dons représentent d’autres source de profit.

La solution pour faire du volontariat responsable en faveur des enfants ? Éviter les orphelinats et préférer les missions d’enseignement ou d’accompagnement dans des garderies ou MJC.

Les chiffres alarmants dévoilés par l’UNICEF

  • Entre 2005 et 2010, le nombre d’orphelinats au Cambodge aurait augmenté de 75 %.
  • Au Népal, on estime que plus de 85 % des enfants dans des orphelinats auraient au moins un parent en vie.

Plus d’informations :
– Notre position : Mission humanitaire en orphelinat : pourquoi nous excluons les projets avec des orphelins

Sources :
Article de l’UNICEF sur le trafic d’enfants au Népal
Rapport de l’UNICEF sur les orphelinats au Cambodge

 

Des lionceaux à câliner qui seront livrés aux chasseurs de trophées

Dans plusieurs pays d’Afrique, et particulièrement en Afrique du Sud, de nombreux sites touristiques font leur publicité avec la possibilité de câliner des bébés lionceaux lors d’une mission d’écovolontariat. En réalité, il s’agit de fermes d’élevage qui alimentent la chasse aux trophées. Une fois atteint l’âge adulte, les félins, qui ont perdu tout instinct de méfiance vis-à-vis des humains, feront l’objet de “chasses en boîte” (canned hunting en anglais, des chasses dans des enclos) dont ils n’ont aucune chance de réchapper. D’autres seraient élevés dans le but d’alimenter le commerce d’os, utilisés dans certaines médecines traditionnelles asiatiques.

La solution pour faire du volontariat responsable avec des félins ? S’engager plutôt dans une mission d’écovolontariat dans des réserves ou parcs nationaux où l’on peut aider à préserver leur habitat tout en les observant dans leur milieu naturel.

Un phénomène qui prend de l’ampleur

  • On estime à 8 000 le nombre d’animaux ainsi captifs dans des fermes d’élevage, et les chiffres ne font qu’augmenter.
  • Les chasseurs de trophées payent en moyenne 12 000€ pour un tuer un lion.

Plus d’informations :
– Notre position : Ecovolontariat Afrique : la face cachée du bénévolat avec des lionceaux
– Guidisto co-signe une pétition pour mettre fin à l’exploitation des lions en captivité

Sources :
Le site de l’ONG sud-africaine CACH (Campaign against canned hunting)
La bande annonce de la campagne de sensibilisation Blood Lions

 

Vers un volontariat utile et responsable

Face aux dérives, guidisto-volontariat.fr, le nouveau portail en ligne indépendant pour un volontariat utile et responsable à l’étranger, refuse automatiquement sur son site tout projet en lien avec les orphelinats ou les fermes de félins. Et pour aider les candidats au départ dans leur projet, nous proposons gratuitement notre Guide du volontariat à l’étranger. À l’intérieur, les volontaires en herbe trouveront notamment une check-list avec plus de 50 critères pour les aider à choisir une mission qui leur correspond et à déterminer si l’organisme de départ est véritablement sérieux.

Plus d’informations :
Le Guide du volontariat à l’étranger : bien choisir un organisme de volontariat à l’étranger
Comment choisissons-nous nos organismes de volontariat partenaires ?
Les engagements de guidisto-volontariat.fr

 

À propos de guidisto-volontariat.fr

Guidisto est le portail en ligne français et indépendant pour le volontariat à l’étranger, le bénévolat, les chantiers internationaux, les voyages humanitaires et toute forme d’aide à l’étranger. Le site réunit plus de 300 projets dans plus de 60 pays du monde et œuvre pour la promotion d’un volontariat utile et responsable.

www.guidisto-volontariat.fr

 

Contact presse

Frank Seidel
presse[at]guidisto-volontariat.fr
+33 (0)607 84 98 41

Suivez-nous

Facebook : https://www.facebook.com/guidisto.volontariat/
Twitter : https://twitter.com/guidistoportail
Newsletter : https://www.guidisto-volontariat.fr/newsletter/